© 2016 by JULIE BOULIANNE. 

Julie Boulianne est une mezzo-soprano d’origine québécoise, acclamée pour l’agilité et l’expression de son timbre riche dans un large répertoire, avec une affinité particulière pour la musique de Mozart, Rossini et Berlioz. 

 

« On est d'abord étonné qu'une personne aussi menue fasse entendre une voix aussi égale en volume et en couleur… chaque note est parfaitement à sa place; jamais on ne sent d'effort. Entre de telles mains, on peut s'abandonner à la pure interprétation. Hier, en l'écoutant, j'ai pleuré. Une telle réaction ne me trompe jamais » Claude Gingras, La Presse.

 

Au cours de la saison 2016-2017, Julie Boulianne fera ses débuts au Festival d’Aix-en-Provence, dans la première mondiale de Pinocchio de Philippe Boesmans, elle retournera au Théâtre des Champs-Elysées dans le rôle de Donna Elvira de Don Giovanni, fera ses débuts au Théâtre du Capitole de Toulouse dans le rôle de Béatrice dans Béatrice et Bénédict, elle sera Cenerentola à l’Opéra-Théâtre de Limoges, et Rosina du Barbiere di Siviglia à l’Opéra de Québec. Les récitals et concerts symphoniques incluent Le Poème de l’amour et de la mer de Chausson et Egmont Schauspielmusik de Beethoven avec le Bamberg Symphony, et des récitals au Tuesday Music Club de San Antonio et au Québec. 

"Avec son incarnation de Béatrice, la mezzo québecoise Julie Boulianne – lumineuse Mallika en Avignon en mars dernier – est la triomphatrice de la soirée. Son beau mezzo ample et capiteux, son tempérament fougueux et sa sensualité exacerbée font notamment merveille dans son redoutable air du second acte, «  Il m’en souvient », qu’elle chante avec autant d’intelligence que de nuances."

- Emmanuel Andrieu, Opéra Online

BIOGRAPHIE

"Le bon génie Robin-Luron, interprété par Julie Boulianne, est également d’une grande fraîcheur, on ne peut qu’apprécier la chaleur de ses médiums et la subtilité de ses vibratos (en particulier dans son air de présentation)."

- Damien Dutilleul, Ôlyrix

Pendant les dernières saisons, on a pu l’entendre au Royal Opera House de Londres en Aloès dans L’Étoile de Chabrier, au Operhaus de Zürich en Annio dans La Clemenza di Tito de Mozart dirigé par Ottavio Dantone, au BBC Proms dans Roméo & Juliette de Berlioz, à l’Opéra de Lyon dans le rôle de Robin-Luron du Roi Carotte d’Offenbach, à l’Opéra d’Angers-Nantes en Concepción dans L’Heure Espagnole. Ses performances dans des concerts symphoniques incluent Roméo & Juliette de Berlioz avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, le Stabat Mater de Pergolesi avec le Gulbenkian Musicá de Lisbonne, Les Nuits d’été de Berlioz avec le Fort Worth Symphony, Missa Solemnis de Beethoven avec l’Indianapolis Symphony et la Symphonie No 4 de Mahler avec l’Illinois Symphony Orchestra.

 

En 2014-2015, Julie fait ses débuts avec le Dutch National Opera en Aloès dans L’Étoile de Chabrier. Elle chante Annio dans La Clemenza di Tito de Mozart au Théâtre des Champs-Elysées et Marguerite dans la Damnation de Faust de Berlioz avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse au Festival de Musique de San Sebastián, aux côtés de Bryan Hymel. Julie retourne au Vancouver Opera dans le rôle du Prince Orlofsky dans Die Fledermaus de Strauss et fait ses débuts au New Orleans Opera en Cherubino dans Le Nozze di Figaro de Mozart. Elle fait aussi ses débuts en Amérique du Sud, dans le rôle de Charlotte de Werther, au Ópera de Colombia à Bogotá. Ses concerts symphoniques incluent ses débuts avec le Toronto Symphony Orchestra dans la Messe en do mineur de Mozart, ses débuts avec le San Fransisco Symphony dans la Missa Solemnis de Beethoven, dans L’Aiglon de Honegger and Ibert, avec l’Orchestre symphonique de Montréal dirigé par Kent Nagano, dans Harmoniemesse d’Haydn avec l’Orchestre symphonique de Québec et le Grant Park Music Festival de Chicago, et le Requiem de Mozart avec le San Antonio Symphony, dirigé par Sebastian Lang-Lessing.

 

Dans les saisons précédentes, Julie fait plusieurs apparitions au Metropolitan Opera, jouant Siébel dans Faust, Stéphano dans Roméo & Juliette dirigé par Plácido Domingo, Diane dans la production d’Iphigénie en Tauride de Stephen Wadsworth, dirigé par Patrick Summers, le Kitchen Boy dans Rusalka, aux côtés de Renée Fleming, et Ascanio dans Les Troyens dirigé par Fabio Luisi. Julie chante aussi le rôle de Miranda dans la production de Robert Lepage de The Tempest de Thomas Adès, sous la direction du compositeur au Festival d’Opéra de Québec. Dans le passé, elle a chanté Lazuli dans l’Étoile de Chabrier au New York City Opera, Cherubino dans Le Nozze di Figaro au Vancouver Opera et à l’Opéra de Montréal, le rôle titre de Cendrillon de Massenet à l’Opéra de Montréal et à l’Opéra de Marseille, Rosina dans Il Barbiere di Siviglia au Minnesota Opera à l’Opéra de Montréal et avec le Orlando Philharmonic, le rôle titre de La Cenerentola au Aspen Opera Theater, Florida Grand Opera, Glimmerglass Opera et au Pacific Opera Victoria, et Fragoletto dans Les Brigands d’Offenbach, à l’Opéra de Toulon et à l’Opéra Comique de Paris.

 

En concert, Julie chante avec le Cleveland Orchestra dans The Cunning Little Vixen, dirigé par Franz Welser-Möst, avec Charles Dutoit et le Boston Symphony pour L’enfant et les Sortilèges et le Baltimore Symphony dans A Midsummer Night’s Dream de Mendelssohn avec Marin Alsop, avec le Saito Kinen Festival dans Jeanne d’Arc au bûcher d’Honegger et au Mostly Mozart Festival dans Lord Nelson Mass de Haydn, sous la direction de Yannick Nézet-Séguin au Lincoln Center. Elle chante aussi au Carnegie Hall, dans Missa Solmenis de Beethoven avec l’Orchestra of St.Luke’s sous la baguette de Sir Roger Norrington, le Messie d’Handel avec le Colorado Symphony et le Theresienmesse d’Haydn avec Les Violons du Roy de Québec. Elle retourne au Festival d’Opéra de Québec en Marguerite dans La Damnation de Faust de Berlioz. On l’entend dans la Symphonie No 2 de Mahler avec l’Orchestra Iowa, La Passion selon St-Mathieu avec l’Orchestre Métropolitain de Montréal, la Neuvième Symphonie de Beethoven avec Pinchas Zukerman au Centre national des arts d’Ottawa. Elle interprète Shéhérazade de Ravel avec Emmanuel Villaume et le Utah Symphony, Les Nuits d’été de Berlioz avec Yannick Nézet-Séguin et l’Orchestre Métropolitain, Le Messie et la Messe en si mineur de Bach avec le Atlanta Symphony, la Symphonie No. 3 de Mahler avec le Calgary Philarmonic, et La Messe du Couronnement de Mozart avec le Cincinnati Symphony, en plus d’être invitée régulièrement par l’Orchestre de la Francophonie Canadienne, le Nashville Symphony Orchestra, l’Orchestre Symphonique de Québec, l’Edmonton Symphony Orchestra et Les Violons du Roy.

 

En mars 2009, Naxos lance l’enregistrement de Shéhérazade et L’Enfant et les Sortilèges mettant en vedette Julie Boulianne et le Nashville Symphony, nominé au Grammy Awards pour le Meilleur album classique. Julie peut aussi être entendu sur l’album Mahler’s Lieder eines fahrenden Gesellen and Kindertotenlieder sorti sur l’étiquette ATMA Classique. En 2014, elle enregistre Handel et Porpora – The London Years, avec le claveciniste Luc Beauséjour, sur l’étiquette Analekta, qui reçoit une nomination au Juno Awards et au International Classical Music Awards. 

 

Julie est graduée de le Juilliard School of Music de New York et de l’École de musique Schulich de l’Université McGill. Elle est aussi récipiendaire du Premier prix au Canadian Music Competition et au Joy of Singing Competition de New York. En 2007, elle recevait le prix Silverman du International Vocal Arts Institut, et le Prix de la Chambre des Directeurs au Concours International de Chant de Montréal. 

Pour la liste complète des performances de Julie, veuillez cliquer ici